Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs
Bienvenue chez CENTURY 21 Maisons Guerrot, Agence immobilière QUIMPER 29000

une marque pour vivre et travailler sur les îles

Publiée le 26/09/2015

L'association des Iles du Ponant s'apprête à lancer, sur le modèle "produit en Bretagne", une forme de label garantissant aux consommateurs l'authenticité des productions insulaires.

Sur le plan touristiques, les îles ont la cote ! C'est vrai aussi en termes commerciaux. Dans l'esprit du consommateur, une production insulaire est associée à "authentique", "local", "artisanal", "fermier", voire "bio" ! compte tenu de la faible pollution sur les territoires marins.

Mais cette bonne image est trop souvent détournée par des commerçants ou des circuits de distribution qui collent une étiquette "insulaire" sur des marchandises qui ont peu de choses à voir avec nos îles,  se plaignent les producteurs.  Certains n'hésitent pas à parler de concurrence déloyage envers ceux qui font l'effort de produire localement.

"FAIT PAR DES ILIENS"

Depuis 2011, sous la conduite de l'enseignant-chercheur brestois Louis Le Brigand, spécialiste des questions liées à l'insularité, deux labos de l'Université de Bretagne occidentale, Geomer, et Amure dressent un bilan démographique, social et économique des Iles de la Manche et de l'Atlantique. Le chantier a particulièrement porté sur le "repérage des acteurs économiques" dont les parcours individuels, qu'ils soient sanctionnés par une réussite ou par un échec, ont été examinés. Pour en tirer des leçons. Ce qu'une jeune doctorante impliquée dans cette étude appelle "la recherche-action.

L'objectif de ce travail, "ID ILES et mené en lien avec l'AIP (l'association des maires du Ponant) est de DEVELOPPER DES PROJETS NOUVEAUX ET ORIGINAUX.

L'un d'entre-eux devrait se concrétiser dans les prochains mois : la création d'un comptoir des îles permettant de garantir le caractère VERITABLEMENT INSULAIRE d'un produit alimentaire, d'un objet artisanal  ou d'un service, et d'en assurer ainsi une meilleure promotion.

Quelle forme juridique, quel modèle économique la future identité commerciale insulaire doit-elle prendre ? le label ou l'IGP (indication géographique protégée) seront sans doute écartés, les procédures et contraintes sont jugées trop lourdes. Certains pensent à une "marque" gérée par une association, sur le modèle de "produit en Bretagne" .

Notre actualité