Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Maisons Guerrot, Agence immobilière QUIMPER 29000

L'actualité de CENTURY 21 Maisons Guerrot

ALGUES VERTES : LA BAIE SOUS SURVEILLANCE

Publiée le 09/10/2015

Le pays fouesnant est en première ligne du combat contre les algues vertes. Les efforts des techniciens de la communauté de communes commencent à porter leurs fruits.

Fouesnant est toujours aux avants-postes du plan algues vertes. Avec la spécificité de la baie de la Forêt, qui, contrairement aux autres sites bretons touchés, voit 95 % du stocks d'algues vertes concentrés au fond de la baie avec des échouages soumis à l'orientation des vents. En fonction des secteurs de vent, les ramassages peuvent passer de 12 500 t comme en 2012, à 880 t, comme l'an passé, souligne morgane Lefebvre, ingénieur environnement de la communauté de communes du pays fouesnantais. La baie de la Forêt est aussi plus profonde que les autres baies bretonnes concernées où l'estran est beaucoup plus plat et où la quasi-totalité du stock s'échoue de manière régulière. Depuis le début de la saison, les volumes ramassés à Fouesnant représentent 3 750 t.

Le ramassage est la conséquence directe et visible de la prolifération. L'une des causes majeures de cette prolifération est l'apport en nitrates sur les bassins versants traversés par les cours d'eau qui alimentent la baie. A la communauté de communes, on insiste sur les travaux en amont avec les agriculteurs, qui sont responsables pour 92 % des apports en azote.

Le ramassage n'est qu'une partie du plan, précise le président de la CCPF. Il y a le volet préventif sur lequel il y a un travail conséquent réalisé depuis 4 ans fmaintenant. Il y a aussi le volet curatif avec le ramassage des algues effectué par les communes et le traitement de ces algues qui est réalisé par l'unité de Kerambris.

Concernant la prévention, la prise de conscience du monde agricole est bien réelle : c'est un travail de longue haleine, dans un contexte compliqué pour les agriculteurs, mais la confiance est réelle !

Des agriculteurs contraints d'enrichir leurs sols pour obtenir des résultats cohérents : il faut arriver à trouver le juste apport nécessaire aux cultures, poursuite Morgane LEFEBVRE. C'est le travail que réalise les techniciens de la communauté de communes.

A ce jour, 72 % des exploitants des bassins versants concernés se sont engagés sur des améliorations de leurs pratiques. D'autres déjà adeptes des bonnes pratiques ne se sentent pas concernés. Mais, à la communauté de communes, on veut bien reconnaître que certains exploitants continuent les enrichissements à outrance. Il faudra du temps et de la patience ...

 

 

Notre actualité